Comprendre notre démarche

QUE VA APPORTER LE PROJET DE L’ABEV À NOTRE TERRITOIRE ?

55

agriculteurs engagés soit 49 exploitations agricoles

2

sites de valorisation

4

ha environ par site

40

tonnes environ de matières organiques locales traitées par an et par site

550

Nm3/heure de biogaz, soit une production annuelle équivalente à la consommation d’environ 8 800 personnes et/ou 4 000 foyers

4

emplois créés au minimum

Valoriser les matières organiques du territoire

LE CHOIX DE LA DIVERSITÉ ET DE L’ORIGINE LOCALE

À l’origine de notre démarche, nous recherchions un moyen de répondre à différents objectifs environnementaux, en lien avec l’identité de notre production agricole et la gestion des biodéchets sur notre territoire. Avec un horizon législatif bien défini : d’ici 2025, toutes les collectivités devront trier les biodéchets à la source (loi n°2015-992 Transition énergétique – LTECV).

La méthanisation nous est apparue comme la solution la plus adaptée à la diversité de la ressource en matières organiques sur le territoire de la CdC Écueillé – Valençay. Les 80 000 tonnes de matière organique locale qui seront valorisées chaque année sur le territoire proviennent d’activités diverses, à proportions variées.

Les matières issues des exploitations agricoles

fumier et lisier : destinés à être valorisés de manière plus complète en produisant de l’énergie > environ 52 % (minimum réglementaire de 50 %)

cultures intermédiaires ou CIVE (cultures intermédiaires à vocation énergétique) : ces tournesols, seigles ou orges, semés habituellement après les moissons pour renouveler les sols, ne font pas aujourd’hui l’objet d’une valorisation. Ils serviront à produire du biogaz, tout en conservant leurs propriétés agrobiologiques (effets racinaires et amélioration de la qualité des sols) > environ 18 %

cultures dédiées : elles permettront de stabiliser l’incorporation de matières > 15 % qui vont être amenés à diminuer (limite réglementaire)

 menues pailles : résidus de paille en sortie de moissonneuse-batteuse, produit très méthanogène

Les matières provenant de la CCEV et des communes

les biodéchets alimentaires dits «fermentescibles» (matières pouvant entrer en fermentation) des ordures ménagères des habitants

les résidus alimentaires des écoles, maisons de retraite et instituts spécialisés présents dans les communes

les ramassages de tonte d’accotement de routes des 18 communes de la CCEV

les sous-produits de l’abattoir de la CCEV, qui seront hygiénisés et qui ne représenteront que 500 à 600 kg/an

Les matières issues des industries agroalimentaires du territoire

les effluents de fromageries AOC de Valençay (sérums et eaux blanches) : une dizaine d’éleveurs caprins est engagée dans notre projet !

les invendus alimentaires des supermarchés

les issues de céréales : résidus de silos laissés par les séparateurs, comportant des matières fermentescibles (poussières, champignons, etc.) qui alimenteront le processus de méthanisation

LES ENJEUX D’UN PROJET AGRO-ÉCOLOGIQUE 

LE CHOIX D’UN DÉVELOPPEMENT VERTUEUX, DURABLE ET LOCAL

Valoriser de manière vertueuse nos biodéchets

La méthanisation offre au territoire des équipements adaptés pour se mettre en conformité avec la loi relative à la transition énergétique : réduction des émissions de gaz à effet de serre, valorisation des ressources sans gaspillage, circuits courts, etc. Elle s’inscrit dans les objectifs du Plan Climat Air Energie territorial (PCAET) des collectivités.

Favoriser notre indépendance énergétique

Filière innovante d’énergie renouvelable, la méthanisation est un débouché économique durable et à valeur ajoutée, qui vise à réduire notre dépendance aux énergies fossiles. Le projet d’équiper les bâtiments de stockage de panneaux photovoltaïques est également en réflexion. Il permettrait de tendre vers une autoconsommation électrique, en complémentarité avec le procédé de méthanisation. Si nous voulons moins de pétrole dans nos vies, il faut dès aujourd’hui concevoir des alternatives !

Soutenir nos agriculteurs

La méthanisation favorise le maintien des activités agricoles en offrant aux céréaliers et aux éleveurs des solutions agronomiques et des revenus complémentaires, sans ambition de profit. Nos objectifs : diversifier les sources de revenus, faire vivre des familles et créer de l’emploi sur le territoire. En savoir plus sur l’engagement de nos agriculteurs.

Impulser un élan collectif

Travailler et réfléchir ensemble, dialoguer, avancer … L’ABEV souhaite construire un véritable projet collectif, qui implique agriculteurs, élus et habitants. À ce titre, le collège des citoyens sera représenté par une personne au conseil d’administration (sur 12 sièges). En savoir plus sur la dimension citoyenne du projet.

UN PROJET POUR DEUX SITES

LE CHOIX D’UN DIMENSIONNEMENT RAISONNABLE ET RAISONNÉ

unité de méthanisation en Ecueillé Valençay à Luçay-le-Mâle et Gehée

Le projet de l’ABEV se déploie sur deux unités de méthanisation. Pourquoi ce choix ? Pour rester fidèle à notre intention première : construire un projet adapté au territoire de la CdC Écueillé – Valençay, privilégiant la proximité et les circuits courts.

 

Le territoire est constitué de deux cantons, Écueillé et Valençay. Le projet de l’ABEV rassemble plus de 50 exploitations agricoles. Implanter un seul et unique site de méthanisation aurait exclu les agriculteurs installés plus loin sur le territoire et contraint à un projet surdimensionné pour un gisement initialement estimé à 120 000 tonnes/an. L’ABEV a donc fait le choix d’une double implantation en fonction de la répartition des exploitations sur le territoire et d’une estimation plus réaliste réduite à 40 000 tonnes pour chaque site.

 

Les études d’implantation et de dimensionnement suggèrent des parcelles éligibles à Gehée et Luçay-le-Mâle. À proximité immédiate des principaux réseaux routiers (D8 et D960) et du réseau de transport GRTgaz qui traverse longitudinalement le territoire, ces deux sites éloignés de 8 km seulement bénéficieraient chacun de l’apport des matières provenant d’exploitations situées dans un rayon de 10 km maximum.

NOTRE ENGAGEMENT, NOTRE VIGILANCE 

LE CHOIX D’INSTALLATIONS AU FONCTIONNEMENT FIABLE ET À L’IMPACT MAÎTRISÉ

Notre projet de méthanisation sur le territoire sera naturellement soumis au régime ICPE (Installation Classée pour la Protection de l’Environnement). L’implantation des deux sites et leur exploitation seront conditionnées par un cahier des charges d’une grande exigence en matière de risques technologiques, environnementaux et sanitaires. L’objectif ? Construire des équipements présentant toutes les garanties pour la sécurité et la santé des riverains, ainsi que pour la protection de la biodiversité et des paysages